Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

La vie du mouvement

Le Mercredi 7 Décembre 2011
  • Twitter
  • Facebook
E. Fritch à Titioro: le sort du leader du tahoera´a entre les mains de la population.
Tout juste de retour de Rikitea, son île natale, où il a assisté à l’inauguration de la magnifique cathédrale Saint Michel, le Sénateur Gaston  Flosse a entamé son nouveau calendrier de meetings publics. Lundi soir, il était donc à Titioro dans le quartier de la Mission où René Temeharo, ...

président de la fédération Tahoeraa de Papeete, avait réuni une assemblée de 70 personnes, majoritairement composée de jeunes gens entre 30 et 40 ans.  Gaston Flosse a principalement développé sur le congrès, sur la situation actuelle et surtout sur les échéances électorales.

Présent également à ce meeting, Edouard Fritch devait, au moment de son intervention, brosser un tableau des travaux budgétaires actuellement à l’œuvre à l’Assemblée de la Polynésie  – la 7ième séance de la session en est à sa 4ième journée aujourd’hui – et informer l’assistance que le budget 2012 de Temaru intégrait définitivement près de 2,5 milliards de taxes nouvelles auxquelles le Tahoeraa s'est régulièrement opposé.  

Mais l’axe principal sur lequel le président-délégué du mouvement orange a insisté lundi soir, était le rôle de la population dans la perspective des prochaines élections : «  Le destin de Gaston Flosse est entre vos mains (…) » devait-il déclarer en tahitien et d’expliquer en effet que malgré la réussite du congrès du 29 octobre dernier comme le témoignage d’une attente réelle de la population à l’égard du Tahoeraa et de son leader, « on sent bien que beaucoup de détracteurs veulent toujours sa tête ».  

On voit pourtant que la population se souvient des années Flosse comme d’une période prospère, un élément qui dans l’esprit de beaucoup positionne le parti au Fe’i comme le seul à pouvoir piloter la Polynésie hors de la crise qu’elle traverse actuellement. «  Avant, nous nous demandions ‘ qu’est-ce que nous allons manger demain ?’, aujourd’hui, nous en sommes à nous dire’ Est-ce que nous allons manger demain ?’ », résumait encore Edouard Fritch.

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira

Actualités

Restez informés : Newsletter / RSS