Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les articles

Le Jeudi 22 Juin 2017
  • Twitter
  • Facebook
Grand Conseil : Cohésion renforcée pour mieux rassembler !
Ce jeudi 22 juin 2017, s'est tenu le Grand conseil du Tahoeraa Huiraatira à l'hôtel Tahiti Pearl Beach Resort d'Arue.Les membres du Grand conseil ont passé en revue les résultats des élections législatives 2017. De très nombreux intervenants ont livré leur analyse et les enseignements du scrutin. En vue des prochaines élections territoriales, de 2018, un toilettage des statuts a été opéré et un réaménagement plus efficace de l'organisation interne a été adopté.

L'ensemble du Tahoeraa Huiraatira est déjà mobilisé pour la bataille à venir. À nouveau, le parti orange va rassembler, largement, au-delà de ses militants. Motivés et déterminés, les membres du Grand conseil ont témoigné de l'énergie nouvelle qui transcende les militants et les sympathisants pour gagner les échéances à venir.

 

 

 

----------------------------------

 

Pensée d'une militante:

La suspension de Gilda Vaiho dans sa fonction de présidente de la fédération de Punaauia Est  fut une telle surprise et a suscité tant de réactions passionnées qu'il était primordial d'attendre le Grand Conseil pour entendre tout le monde avant de se positionner.
Après avoir écouté les uns et les autres, voici ce qui en ressort.
Contrairement à ce que les médias ont largement relayé, le reproche du Tahoeraa à sa représentante ne porte pas uniquement sur un déjeuner en compagnie de Marcel Tuihani, dissident du Tahoeraa, celui-là même qui laissait entendre que d'autres élus allaient le suivre de sa rébellion. Ce qui a été inacceptable aux yeux du Tahoeraa, c'est la tournée des bureaux de vote de Tahiti, avec une complicité qui ne peut que laisser perplexe… selfies à l'appui. " Le président Flosse n'a pas apprécié ", se plaisent à répéter les médias. Mais quid des militants, qui une semaine avant, essuyaient le crachat des Tuihani ? Voilà une élue qui se promène, tout sourire, avec quelqu'un qui ne cache plus sa volonté de créer son groupe à l'Assemblée – il lui faut six élus et devinez où il compte les pêcher ? –, de fonder son parti, de briguer la mairie de Papeete et de nombreuses autres ambitions encore. Ainsi, il s'est clairement positionné comme opposant au Tahoeraa. A l'image de Gaston Tong Sang à son époque, il cherche à bâtir sa maison dans la maison. Rappelez-vous 2007 et du discours de Gaston Tong Sang avant qu'il ne crée To Tatou ai'a… il y a des similitudes qui ne trompent pas !
Gilda, dans son interview accordée à la Dépêche de Tahiti, mercredi dernier, disait : "J'ai quand même le droit de manger avec qui je veux." Oui, sauf que ce n'est pas qu'un déjeuner ! Et, bien au-delà, on parle beaucoup de moralisation de la vie politique et cela commence avec ce genre de comportement. En effet, lorsqu'on rentre en politique, lorsqu'on accepte un mandat électoral, on devient le " représentant " de ses électeurs. Ainsi, l'élu ne peut plus faire qu'à sa guise, il est l'image d'un parti, il agit au nom de ses électeurs… et ce, encore plus un jour d'élection. En se laissant entrainer dans cette petite balade, elle a porté atteinte à l'unité du Tahoeraa, elle a suscité de l'incompréhension chez nos militants et a fait douter certains. Surtout que, les Tuihani n'ont pas quitté " gentiment " le Tahoeraa, ils ont tenté – et ils continuent – de le nuire. Rappelez-vous leurs interviews et notamment celle de Marcel père ! Gilda aurait dû s'abstenir d'étaler, ainsi et ce jour-là, sa grande amitié pour Marcel Tuihani Jr par égard aux milliers de militants qui se sont sentis trahis lors de ce déballage public.
Devant un tel agissement, le Bureau Exécutif a décidé de suspendre la représentante de sa fonction de présidente et de convoquer le Grand Conseil pour que tout le monde puisse s'expliquer… quoi de plus normal ?
Mais, au lieu d'attendre sereinement le Grand Conseil et par cela protéger sa famille des racontars médiatiques, Gilda a préféré se confier à la Dépêche de Tahiti, et plus spécialement à un journaliste connu pour être un anti-Flosse. Une interview amère où s'enchainent critiques envers le président Flosse et déclarations de fidélité au Tahoeraa. Aujourd'hui, elle remet une couche sur Tahiti Infos où elle se dit piégée et bâillonnée… au lendemain où le Tahoeraa lui offrait une tribune pour se défendre… tribune qu'elle a méprisée pour mieux se vendre. Aucune explication n'est donnée, aucun regret n'est montré. Malheureusement, cette stratégie a été utilisée tellement de fois qu'on connait par cœur la chanson… il nous reste que peu d'espoir quant à la fin de l'histoire.
Mais, pour l'instant, la représentante n'est que suspendue temporairement. Laissons les choses se tasser, le climat s'apaiser et attendons de voir si la fidélité de la représentante est encore là.

 

  • Twitter
  • Facebook